Statut auto-entrepreneur : c’est l’occasion de se lancer dans l’entreprenariat


     2


Alaa-eddine

carte-ae-holder

Après une phase pilote, le statut auto-entrepreneur vient d’être officiellement lancé au Maroc.
Destiné aux jeunes entrepreneurs ou Freelancers qui veulent se lancer seuls dans le monde professionnel, sans prendre trop de risques

Ce statut simplifié permet d’officialiser son activité et offre la possibilité d’émettre des factures avec un taux d’imposition très bas.

 

Avantages du statut auto entrepreneur

Une procédure simplifiée à guichet unique : la poste

En effet, pour devenir auto-entrepreneur, plus besoin de vous adresser à 3 ou 4 administration, il suffit de constituer votre dossier en ligne sur http://ae.gov.ma/ , de l’imprimer  et de le déposer auprès de votre bureau de poste.
Vous suivez ensuite l’avancement de votre demande en ligne.

on regrette ici que la démarche en ligne soit rompue par l’obligation de dépot de dossier dans un bureau de poste, une démarche 100% en ligne aurait été préférable.

Dispense de tenue la comptabilité

Contrairement à une entreprise classique, le statut auto-entrepreneur vous dispense de présenter un bilan comptable à l’administration fiscale.
Faible taux d’imposition

C’est l’une des mesures les plus importantes de ce statut, en effet, l’auto-entrepreneur n’est imposé que sur le chiffre d’affaire encaissé ! à un taux très faible.

  • 1% pour les activités commerciales, industrielles ou artisanales
  • 2% pour les activités de service

Dispense de l’obligation d’un local professionnel

Vous pouvez domicilier votre activité chez vous, dans ce cas pas de patente à payer.

 

Emission de factures (sans TVA)

Ce qui vous permet de démarcher des clients étrangers, de répondre à des appels d’offres …. etc
et surtout d’exercer votre activité en règle.

 

 

Quelques limitations à prendre en compte

Chiffre d’affaire

Si vous exercez en tant qu’auto-entrepreneur, vous ne devez pas dépasser un chiffre d’affaire annuel de

  • 500.000 DH pour les activités commerciales, industriels ou artisanales
  • 200.000 DH pour les activités de services

Si vous dépassez ce chiffre vous devez changer de statut.

 

Certains métiers sont exclus

Une liste de métiers exclus est disponible à cette adresse : http://ae.gov.ma/eligibilite/

Cette liste est constitués de métiers réglementés, ou de ceux pouvant d’office générer des chiffres d’affaires supérieurs aux seuils fixés.

 

Une communauté d’entraide active

Un groupe Facebook d’entraide a été mis en place par des personnes chargée du statut auto-entrepreneur à l’ANPME.

L’objectif du groupe est de répondre aux questions, de communiquer autour de ce nouveau statut et d’encourager les jeunes à se lancer .

Lien du groupe : Groupe Facebook, premiers auto-entrepreneurs Maroc

 

Conclusion

Soyons clairs, ce statut est avant tout destiné à des petits/moyens freelancers ou entrepreneurs.
Si votre projet d’entreprise a des ambitions plus grande que ce que permet ce statut, mieux vaut monter une SARL AU,

Mon avis personnel : ce statut est également une bon moyen de s’exercer au “métier” d’entrepreneur,
dans la mesure ou le risque est très limité et facilement mesurable .
c’est un très bon exercice pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat mais hésitent encore.
mais aussi à ceux qui ont des moyens très limités, mais souhaitent malgré tout avoir une structure qui leur permet de facturer des clients Marocains ou étrangers.

C’est aussi un façon de lancer une activité dont la rentabilité n’est pas sure, cela vous donne la possibilité d’évaluer le marché en exerçant votre activité ; de passer au statut d’entreprise si vous réalisez du chiffre, ou d’arrêter à tout moment.

Bref, plus d’excuse pour ne pas entreprendre !



 

A lire également

 
  • Une bonne initiative. Je ne comprend pas trop les critiques à l’encontre des limites en terme de CA et de métiers éligibles. C’est surtout pour contrer l’informel et offrir un cadre légal non contraignant aux artisans et aux très (très très) petites entreprises. Une manière peut-être aussi de les amener en douceur vers la SARL (donc une fiscalité plus intéressante pour l’Etat).

    Par rapport à ton article :
    – il me semble que d’autres organismes (à part La Poste) seront autorisés pour valider les inscriptions (Attijari également il me semble).
    – Une démarche 100% en ligne serait trop risquée et ouvrirait la porte aux “magouilles”. Il faut à un moment que l’identité du candidat soit validée de visu 🙂

    PS : Oui je sais, je suis old school, je laisse encore des commentaires sur les blogs au lieu de Facebook 🙂

  • Old school en effet, mais plutot pour le coté “démarche en ligne pas assez sécurisée” 😀
    Ceux qui veulent frauder trouveront 1000 façons pour frauder, que ça soit en ligne ou pas.
    d’ailleurs, un fraudeur n’ira pas souscrire à un statut, il se contentera de l’informel 😉

    Je ne pense pas que ça puisse changer quelque chose, du moment que tu scanne et envois tes documents …

    Je suis de ceux qui croient qu’au contraire, le passage aux démarches en ligne réduira la fraude mais aussi la corruption … le bénéfice est double comparé aux fraudeur qui exploiteront d’éventuelle failles.