Le Maroc invite les investisseurs des pays islamiques à tirer profit des opportunités offertes par le “Plan Vert”


    


MAP

Le secrétaire général du ministère du Commerce extérieur, M. Elaid Mahsoussi, a invité, jeudi à Istanbul, les investisseurs des pays islamiques à venir investir au Maroc et tirer profit des opportunités offertes par le “Plan Maroc Vert”, qui ambitionne de doter le Royaume d’une agriculture à forte valeur ajoutée.

Intervenant dans le cadre d’un échange de vues sur le thème de “l’agriculture et le développement rural” entre les pays membres du Comité Permanent pour la Coopération Economique et Commerciale de l’Organisation de la Conférence Islamique (COMCEC), qui tient sa 26-ème session annuelle à Istanbul, M. Mahsoussi a présenté les grandes lignes du “Plan Maroc Vert”, cette stratégie sectorielle qui vise à faire du secteur agricole une locomotive de développement et de lutte contre la pauvreté.

Le Maroc est disposé à partager avec les pays islamiques l’expérience qu’il a accumulée dans le secteur agricole, qui a été érigé en priorité dans les différents programmes du gouvernement depuis l’indépendance du pays, a rappelé M. Mahsoussi, qui préside la délégation marocaine à la 26-ème session du COMCEC.

Il a indiqué que les hommes d’affaires des pays membres de l’OCI auront tout à gagner en venant investir au Maroc dans le domaine agricole et tirer profit du “Plan Maroc Vert”, où l’Etat s’engage fermement à appuyer le secteur privé.

Le “Plan Maroc Vert”, qui prévoit la réalisation de 1.500 projets définis sur la base d’un modèle économique ciblé pour un investissement global de près de 150 milliards de dirhams, vise à doter le Maroc d’une agriculture intensive et moderne, à moderniser la petite agriculture et à améliorer les revenus des petits fellahs, à travers notamment le système de l’agrégation, le développement des infrastructures, la formation et l’assistance technique.

Les participants à la 26-ème session du COMCEC, qui clôturera ses travaux vendredi par l’adoption de recommandations visant la promotion de la coopération économique et commerciale intra-OCI, ont débattu de plusieurs sujets se rapportant notamment aux “développements économiques mondiaux et leurs impacts sur les pays membres”, au renforcement de la coopération économique, commerciale et financière entre les pays de l’OCI, à l’allégement de la pauvreté, à “l’agriculture et le développement rural” et à “l’impact du E-gouvernement sur les économies des Etats membres”.

La séance d’ouverture a été marquée par l’intervention du président turc, Abdellah Gül, qui, en sa qualité de président du COMCEC, a appelé les pays membres à accélérer le rythme de leur coopération pour trouver les solutions adéquates “aux problèmes structurels chroniques” du monde islamique et renforcer leur capacité à faire face aux effets des crises mondiaux.

Créé en 1981 et placé sous la présidence de la Turquie, le COMCEC s’est imposé comme un des plus actifs comités de l’OCI, qui est chargé d’assurer le suivi de la mise en Âœuvre des résolutions adoptées par la Conférence islamique dans les domaines économique et commercial.

Il a également pour mission d’étudier tous les moyens permettant de renforcer la coopération entre les Etats islamiques et d’envisager des programmes et des propositions de nature à accroître les capacités économiques et commerciales des Etats islamiques.



 

A lire également