Rencontre à Casablanca sur le partenariat maroco-français en matière d’énergies renouvelables


    


MAP

Une rencontre sur les opportunités de partenariat maroco-français dans le domaine des énergies renouvelables, s’est ouverte lundi à Casablanca.

Quelque 17 opérateurs français ont fait le déplacement vers la capitale économique ”pour présenter leur expérience et leur savoir-faire en matière d’énergies renouvelables’ et examiner avec les entreprises marocaines les moyens de nouer des relations de coopération, explique M. Dominique Brunin, directeur général de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.

Trois moments forts ponctueront les travaux de cette rencontre de deux jours, des rencontres B2B, des tables rondes sur le ”Solaire”, ”l’éolien” et ”la Biomasse” et la présentation de l’expérience française.

En ouverture de cette rencontre s’est tenu un colloque au cours duquel a été présentée la stratégie de l’ONE en matière d’énergies renouvelables.

Cet office a inscrit parmi ses priorités la promotion de la production d’électricité à partir des énergies propres et développe un programme qui vise à l’horizon 2020 de faire passer à 42 pc la place de l’éolien, du solaire et de l’hydraulique dans la production électrique nationale, a indiqué le directeur de l’hydraulique et des énergies renouvelables à l’ONE, M. Abdellah Griech.

Ce programme va être accompagné de tout un ensemble d’initiatives visant à promouvoir l’efficacité énergétique, a affirmé, de son côté, M. Mohamed Berdai, coordinateur national des programmes de l’agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ADEREE).

Cette action va concerner les constructions qui devront répondre au principe de la diminution de la consommation d’énergie au niveau de l’éclairage, la réfrigération, l’utilisation des isolants pour les constructions ayant besoin de chauffage et la pose de portes et fenêtres hermétiques.

La société d’investissement énergétique comme outil d’implémentation de la stratégie énergétique nationale et les outils de financement notamment ceux proposés par l’Agence française de développement (AFD) ou encore l’action de l’Institut Méditerranéen des énergies renouvelables, ont également été exposés lors de l’ouverture de cette rencontre qui se poursuivra par des interventions sur l’expérience des opérateurs français.



 

A lire également