Le Statut avancé, modèle à suivre


    


MAP

Le Maroc et l’Union européenne sont condamnés à réussir le Statut avancé afin d’en faire un modèle déployable à d’autres pays de la région, a affirmé, samedi à Grenade (Sud de l’Espagne), Mohamed Hourani, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

«L’accès du Maroc au statut avancé est un honneur et une grande responsabilité. Nous sommes condamnés à réussir ce grand projet afin d’en faire un modèle déployable à d’autres pays de la région», a dit M. Hourani qui s’exprimait devant nombre d’entrepreneurs européens réunis au premier Sommet entrepreunarial UE-Maroc.

Le président de la CGEM a, également, relevé que l’accès à ce stade de coopération «ne procède pas d’une tentation de singularisation ou d’un réflexe d’exclusivité, mais se veut une contribution du Maroc au renforcement du partenariat euro-méditerranéen».

Il a, par ailleurs, indiqué que les accords de libre-échange conclus par le Maroc avec l’UE, mais également les Etats-Unis, la Turquie, les pays arabes et bientôt les Etats d’Afrique de l’Ouest, «reflètent notre ambition de faire du Royaume une véritable plate-forme internationale d’investissement, de production et d’exportation».

Dans le cadre de cette stratégie volontariste de développement économique et social, a-t-il précisé, «nous sommes mobilisés» au sein de la CGEM en faveur de l’insertion du Maroc dans l’économie mondiale du savoir.

«Le choix de notre slogan ‘l’entreprise marocaine : oser et innover’, est l’expression de notre conviction profonde quant à la capacité des entreprises marocaines à construire l’avenir par l’amélioration de notre compétitivité et par la création de produits et de services innovants à très forte valeur ajoutée», a dit M. Hourani.

M. Hourani a indiqué que le Maroc s’est doté de stratégies sectorielles ambitieuses qui donnent une visibilité claire aux opérateurs marocains et étrangers, citant à ce propos la vision 2010 et le Plan Azur pour le secteur touristique, la stratégie Emergence pour l’industrie, le Plan « Maroc Vert « visant le développement du secteur agricole, le Plan Halieutis pour le secteur de la pêche, la Vision 2015 pour l’artisanat, Maroc Numeric 2013 pour les TIC, la stratégie énergétique du Maroc, et très prochainement un contrat programme pour la logistique.

Dans le même ordre d’idées, M. Hourani a noté que la logique de développement durable «guide l’ensemble de nos actions afin d’offrir aux générations futures» une économie à la fois durablement performante et respectueuse de l’environnement.

Dans le souci de couronner de succès ces stratégies, S.M. le Roi Mohammed VI avait annoncé, en janvier dernier, la mise en place d’une régionalisation élargie, a rappelé M. Hourani, soulignant que le Maroc continue «avec vigueur et confiance « la mise en œuvre de son vaste programme de réformes.

Initié par la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales (Patronat-Ceoe), Business Europe et la Confédération générale des entreprises du Maroc, ce sommet entrepreneurial est l’occasion de faire la lumière sur les projets futurs de l’UE, les perspectives du marché marocain et les opportunités qu’il offre dans les secteurs des énergies renouvelables, du transport, de la logistique et des infrastructures.

Cette rencontre, dont les recommandations seront soumises au Sommet Maroc-UE qui s’ouvert samedi en fin d’après-midi, rassemble les représentants des organisations entrepreneuriales de l’UE et du Maroc, des institutions financières espagnoles, européennes et marocaines, des chefs d’entreprises, ainsi que des représentants de l’UE et des gouvernements marocain et espagnol.

Tenu dans le cadre de la présidence espagnole de l’UE, ce Sommet est organisé en collaboration avec le ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération, l’ambassade du Maroc en Espagne et la Fondation Casa Arabe.




 

A lire également