Google et le gouvernement chinois : la guerre est-elle annoncée ?


     1


Alaa-eddine

google china

google china

Cela fait quatre années que Google se plie aux lois chinoises qui imposte au géant de la recherche de s’auto censurer.

Tout allait bien entre le plus gros moteur de recherche et le plus gros marché économique, jusqu’au jour ou Google subit une attaque massive depuis la chine contre ses serveurs.

Quelques semaines après, Google fait savoir qu’il allait y avoir des conséquences.

Il y a quelques jours, Google a trouvé la parade pour arrêter l’auto censure, toutes les requêtes envoyées à google china (google.cn) sont redirigées vers google hong kong (google.com.hk), ce dernier ne subit pas les lois de Pekin de part son statut spécial (hong-kong étant une ancienne colonie britanique).

Naturellement, l’état chinois riposte à son tour pour bloquer purement et simplement certaines requêtes/résultats à la source.

Pour faire pression Google fait appel au gouvernement américain mais aussi à Microsoft pour pousser la chine à se plier … qui pour le moment font la sourde oreil.

Hier le  registrar GoDaddy, faisait savoir qu’il n’accepterait plus d’enregistrement de nom de domaine en chine. Un représentant de l’entreprise expliquait que le gouvernement chinois voulait exigerait la transmission d’une photo d’identité et d’un numéro commerçant des clients GoDaddy. Ce qui pour la société est un motif suffisant pour suspendre les enregistrements de noms de domaines en chine.

Affaire politique ? Affaire économique ? Personne ne saura ce qui se passe réellement derrière les coulisses … les enjeux sont tellement énormes pour les uns comme pour les autres. Et je doute fort que Google ou Pekin laissent fuir de vraies informations concernant leurs intérêts respectifs.

C’est une première historique qu’une société de la taille de Google s’oppose franchement aux lois de Pekin. Et l’affaire risque de prendre des tournures inattendues.

Et si cela n’était pas qu’un gros poisson d’avril ?  un très gros poisson d’avril 🙂

Affaire à suivre …



 

A lire également